Presença : Folha de Arte e Crítica

Présentée dans “Colour our collection

Publiée de 1927 à 1946, Presença, folha de arte e critica a été une revue littéraire des plus influentes au Portugal.

Presença défend la création d’une littérature plus vivante et libre, opposée à l’académisme, en privilégiant la critique, la prédominance de l’individuel sur le collectif, le psychologique sur le social et l’intuition sur la raison. La revue devient le berceau d’auteurs, poètes, écrivains, penseurs et artistes plasticiens que l’on désignera sous le nom de « présencistes ». En défendant une littérature affranchie des théories « idéologisantes » et proche de l’art métaphysique, le présencisme prend ses distances avec la littérature socialement engagée proposée par l’orphisme.

Le modernisme portugais couvre une large période, du début du XXe siècle à la fin de l’Estado Novo, de l’histoire de la littérature portugaise, marquée par trois importants mouvements : l’orphisme, le présencisme et le néoréalisme. Le présencisme est représenté par des noms importants, parmi lesquels les écrivains José Régio et Miguel Torga.

Le présencisme, également connu sous le nom de « deuxième phase du modernisme portugais », débute avec la publication de Presença : Folha de Arte e Crítica. Le 1er numéro contient le manifeste programmatique « Literatura viva » rédigé par José Régio. Après l’expérience de Revista Orpheu, une importante publication chargée de diffuser l’esthétique des premiers modernistes portugais, parmi lesquels Fernando Pessoa, Mário de Sá-Carneiro et Almada Negreiros, Presença a réuni ceux qui n’ont pas participé à Orfismo en raison de différences esthétiques. Contrairement à l’orphisme, qui visait à présenter une poésie en rupture avec les normes littéraires actuelles, choquant et provoquant les critiques et le public, en particulier la bourgeoisie, le présencisme avait pour objet d’interroger le sens de l’existence humaine.

Tandis que l’orphisme s’intéressait à l’homme, à sa condition dans le monde et à son avenir, le présencisme a préféré prendre le chemin inverse en créant une littérature introspective, considérée par beaucoup, notamment par les orphistes, comme une littérature aliénée, loin de la série de crises politiques rencontrées à cette époque par l’Europe. Cette « aliénation sociale » a permis aux jeunes diffuseurs, influencés par des écrivains tels que Proust et Dostoïevski, de rapprocher la littérature portugaise des théories sur l’inconscient humain défendues par Freud.

Parmi les principaux auteurs de l’époque, José Régio — fondateur et directeur de Revista Presença, considéré comme le grand théoricien du groupe — , Miguel Torga, João Gaspar Simões, Adolfo Casais Monteiro et Branquinho da Fonseca se distinguent.


Extrait de “A Vida dos Sons”, émission de Antena1 de 2011 produite par Ana Aranha & Iolanda Ferreira


Revue numérisée par l’université de Coimbra

Pour les caractéristiques graphiques de la revue :

Serejo, C. “1927-2017, 90 Anos Depois, A Materialidade Gráfica da Revista Presença. Uma invesgação com contributo histórico para o design gráfico português” in Convergências – Revista de Invesgação e Ensino das Artes, vol. XI (22), 2018



Citer ce billet
Mathieu Ardit (2022, 21 janvier). Presença : Folha de Arte e Crítica. Coll'Explorar. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n099

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search